Le Conseil supérieur des maladies infectieuses émet un nouvel avis quant aux conditions d'administration du vaccin Vaxzevria d'AstraZeneca contre la COVID-19

Dans son avis du 16 avril, le Conseil supérieur des maladies infectieuses (CSMI) prend position par rapport aux conditions d'administration du vaccin de la firme AstraZeneca, dorénavant dénommé Vaxzevria, à la lumière du récent avis de l'Agence européenne des médicaments (EMA) y relatif et des restrictions d'usage décidées en fonction de l'âge par l'Allemagne (60 ans), la France (55 ans), la Belgique (entre 50 et 60 ans, selon disponibilités d'alternatives vaccinales) et le Royaume-Uni (30 ans) au cours des derniers jours.

Rappelons qu'en date du 7 avril, l'EMA a conclu à un lien possible entre l'administration du vaccin Vaxzevria et des thromboses inhabituelles associées à une thrombopénie dans les 2 semaines qui suivent l'administration du vaccin. L'EMA a précisé que ces thromboses inhabituelles constituent un effet secondaire très rare du vaccin et que le bénéfice du vaccin continue à être supérieur aux éventuels risques en découlant.

Le CSMI recommande dans ledit avis, par précaution, de manière temporaire et dans l'attente de données supplémentaires concernant la sécurité de ce vaccin:

  • "de poursuivre l'utilisation du Vaxzevria pour la vaccination de toutes les personnes âgées de 55 ans et plus;
  • de suspendre l'utilisation du Vaxzevria pour la vaccination
    • des personnes de moins de 30 ans, avec ou sans critère de vulnérabilité,
    • des personnes de 30 à 54 ans sans critère de vulnérabilité;
  • de privilégier la vaccination des personnes de 30 à 54 ans avec critère de vulnérabilité à la COVID-19 en raison d'un état de santé préexistant (phases 2b, 3b, 4b et 5b) avec un produit vaccinal à ARNm (Comirnaty ou Moderna). Pour cette tranche d'âge cependant, en raison de l'importance de déployer la vaccination et d'atteindre une couverture vaccinale la plus large possible dans les meilleurs délais, la vaccination par Vaxzevria doit être proposée comme alternative vaccinale en l'absence d'autres produits;
  • de procéder à la vaccination des femmes enceintes avec un produit vaccinal à ARNm (selon la recommandation déjà émise à ce sujet)."

Le CSMI ne s'est pas prononcé, faute de données scientifiques disponibles à ce jour, sur le recours à un vaccin à ARNm (Comirnaty, Moderna) pour la 2e dose après une 1re dose de Vaxzevria.

Le Conseil de gouvernement a décidé de suivre l'avis du CSMI en application du principe de précaution. Quant aux personnes âgées entre 30 et 54 ans, elles auront la possibilité de s'inscrire sur une liste et y manifester leur intérêt de se faire vacciner volontairement avec Vaxzevria. Les personnes inscrites sur cette liste, qui sera ouverte au courant de la semaine du 19 avril, recevront une invitation selon la date d'inscription et en fonction de la disponibilité du vaccin Vaxzevria.

Le gouvernement a décidé de ne pas suivre la recommandation du CSMI d'administrer la 2e dose du vaccin Vaxzevria selon un intervalle de 12 semaines après la 1re dose. L'intervalle de 10 semaines sera donc maintenu entre les deux doses.

Les études d'efficacité vaccinale en relation avec le produit d'AstraZeneca continuent et de nouvelles déclarations de l'EMA sont attendues pour la semaine du 19 avril. Le gouvernement communiquera en temps utile.

L'avis du CSMI est susceptible de faire l'objet de modifications en fonction de l'émergence de nouvelles données relatives à la sécurité vaccinale, de la disponibilité et des caractéristiques des vaccins ainsi que de l'évolution épidémiologique au Luxembourg.

 

Communiqué par le ministère de la Santé et le ministère d'État

Dernière modification le