Paulette Lenert a fait le point sur la situation COVID-19

Lors d'une conférence de presse, la ministre de la Santé, Paulette Lenert, a fait le point sur la situation sanitaire actuelle et dressé un état des lieux de la campagne de vaccination.

Campagne de vaccination contre la COVID-19: "Chaque dose compte!"

Avec 72,4% de la population âgée de 12 ans ou plus ayant reçu une première dose de vaccination contre la COVID-19 et 67,5% ayant un schéma vaccinal complet, le Luxembourg avance à un rythme satisfaisant dans sa campagne de vaccination et se situe dans les moyennes des pays EU/EAA. Cependant, des efforts supplémentaires sont nécessaires afin de sensibiliser notamment les catégories d'âge plus jeunes, voire, les 12-40 ans à se faire vacciner.

"Chaque dose compte!", a rappelé Paulette Lenert, en faisant un vif appel aux citoyens d'être solidaires et de se faire vacciner. "Ensemble, nous pouvons vaincre le coronavirus et retrouver une vie normale. Se faire vacciner est un geste de solidarité. On se protège non seulement soi-même et ses proches, mais on évite également un déroulement grave de la maladie, une hospitalisation ou même des conséquences à long terme." En date du 9 août, 18 patients hospitalisés sur 20 n'ont pas eu de schéma vaccinal complet.

Dans ce sens, des actions de vaccination ont été organisées au cours des dernières semaines via les équipes mobiles en bus itinérants "Impfbus on tour" sur plusieurs lieux de vaccination à travers le pays offrant à toute personne au contact avec des personnes vulnérables, et en premier lieu aux professionnels de la santé, de se faire vacciner sans démarches administratives préalables, proches du lieu de travail et lors de créneaux flexibles. Ainsi, entre le 28 juillet et le 10 août, 253 personnes supplémentaires ont pu être vaccinées dans les hôpitaux et 364 dans les maisons de soins et centres intégrés pour personnes âgées.

"Impfbus on tour" pour vacciner davantage de jeunes

En analysant les taux de vaccination selon les différentes catégories d'âge, il convient de constater que la population plus jeune est encore plus réticente pour se faire vacciner. Ceci peut être expliqué par le fait, que les jeunes connaissent généralement un déroulement moins sévère de la maladie. Pourtant, une diminution de la moyenne d'âge des personnes hospitalisées est à noter au cours des dernières semaines. Aussi, face aux nouveaux variants qui se propagent plus rapidement, les jeunes semblent également moins résistants à s'infecter.

"Nous voulons aller à la rencontre des adolescents et jeunes adultes, afin de les informer sur place et de leur expliquer pourquoi il est important qu'eux aussi se fassent vacciner", a souligné la ministre. "À cette fin, nous avons décidé de continuer les actions de l''Impfbus on tour' aux événements organisés pour ce public-cible, mais toute personne non encore vaccinée est la bienvenue."

Ainsi, lors du passage du "Impfbus" au festival E-Lake à Echternach lors du 7 et 8 août, 110 personnes ont été vaccinées. Un vrai succès pour la ministre.

Les prochains passages du bus de vaccination sont communiqués régulièrement sur les réseaux sociaux du ministère de la Santé.

Bilan intermédiaire de la vaccination dans les cabinets médicaux

La ministre de la Santé a également dressé un premier bilan de la vaccination dans les cabinets médicaux des médecins-généralistes et médecins-pédiatres.

Lors de la première phase-pilote, débutant le 6 août, les 4 cabinets médicaux (comprenant 13 médecins) situés à Esch-sur-Alzette, Mersch, Redange-sur-Attert et Strassen, ont procédé à 177 vaccinations contre la COVID. Pour les semaines du 9 et du 16 août, 74 respectivement 100 médecins supplémentaires à travers le pays sont et seront ajoutés à la liste des participants, de manière à assurer un maillage territorial homogène. Parmi les 189 médecins inscrits à ce stade, se trouvent 170 médecins-généralistes, 12 pédiatres, 3 internistes et 2 médecins de l'association Médecins du monde.

La liste des médecins participant à la campagne de vaccination sera mise à jour régulièrement et peut être consultée ici.

Pour Paulette Lenert, la participation des médecins libéraux marque une étape importante dans la campagne de vaccination: "Les médecins sont les premières personnes de confiance de leurs patients et jouent un rôle indispensable pour le succès de la campagne de vaccination au Luxembourg."

Parallèlement à la vaccination dans les cabinets médicaux, les centres de vaccination à travers le pays seront mis en veille progressivement. Ainsi, les centres "Luxexpo the Box", Mondorf et Ettelbruck fermeront le 14 août, suivi du Findel/LAR le 21 août. Le centre de vaccination à Esch restera ouvert jusqu'au 11 septembre. Le Hall Victor Hugo au Limpertsberg restera ouvert. À partir du 30 août, on pourra passer spontanément au centre de vaccination Victor Hugo, sans rendez-vous au préalable.

À noter que les centres de vaccination pourront être rapidement opérationnels en cas de besoin.

Appel à la participation au projet-pilote long-COVID

Depuis le lancement du projet-pilote de réseau de prise en charge pluridisciplinaire du long-COVID le 1er août, 89 patients ont déjà pu être enregistrés. Prévu pour une période de 6 mois, ce projet-pilote a été élaboré afin de répondre de manière adéquate à l'émergence inquiétante de ce nouveau problème de santé publique.

"Il est primordial que les patients long-COVID soient pris en charge de manière adaptée et qu'on leur évite un parcours diagnostique long et épuisant", a souligné la ministre. "C'est pourquoi je lance un vif appel à toute personne ayant souffert d'une infection COVID-19 et qui présente des symptômes de long-COVID à consulter en premier lieu son médecin-généraliste (ou spécialiste) et à participer à ce projet."

Dispositif de test COVID-19 pour la période septembre-décembre 2021

En date du 23 juillet, le Conseil de gouvernement a marqué son accord avec le dispositif de test COVID-19 pour la période septembre-décembre 2021.

Il s'agit d'un dispositif de tests qui permettra de maintenir en continu une certaine cadence de test au sein de la population luxembourgeoise, même après la fin du Large Scale Testing connu depuis plus d'un an. L'approche représente une sortie des milliers de tests réalisés par jour vers une normalisation tout en tenant compte de l'évolution de la pandémie. Ainsi, le dispositif envisagé permettra d'agir rapidement en cas d'évolution de la situation sanitaire.

Le dispositif de test se décline autour de 6 axes:

  1. Autotests antigéniques rapides réguliers en continu pour la population non-vaccinée (enfants de 4 à 12 ans jusqu'au 18 décembre, vacances de Noël et jeunes adultes de 12 à 18 ans jusqu'au 29 octobre, vacances scolaires de la Toussaint). Ces tests seront réalisés dans les écoles et/ou les maisons relais.
    Cette mesure permettra d'assurer la surveillance des enfants qui à ce stade n'ont pas encore pu profiter d'une vaccination.
  2. Tests réguliers en continu pour la population hautement vulnérable à la COVID-19 (personnel et résidents des maisons de soins, COPAS, hôpitaux et autres structures). Les tests rapides au sein de ces institutions et populations vulnérables sont maintenus afin de garantir un dépistage en continu.
  3. Dispositif tests PCR d'urgence/clusters. L'objectif est d'intervenir en cas d'un cluster sur un lieu spécifique (écoles, maisons de soins, entreprises, régions, etc.) afin d'identifier la totalité de l'envergure (y inclus le séquençage) permettant au mieux d'éliminer la propagation du virus.
  4. Dispositif TAR pour interventions d'urgence et réserve générale. Il s'agit de préparer un dispositif qui peut être utilisé en cas d'urgence comme une croissance exponentielle de cas positifs ou une croissance importante des hospitalisations. L'objectif est d'intervenir vite afin de diminuer fortement le taux de prévalence du virus dans la population luxembourgeoise.
  5. Surveillance de la sérologie. L'objectif étant de surveiller le taux de séropositivité (taux d'anticorps) en continu dans la population pour en déduire un taux d'immunité. Ces tests sont aussi organisés systématiquement au sein des structures d'hébergement pour personnes âgées pour garantir une surveillance étroite de cette population plus vulnérable.
  6. Nouveau Large Scale Testing. Le testing à large échelle sera lancé à nouveau en cas de développement négatif de la pandémie. En cas d'une augmentation exponentielle des nouveaux cas et des hospitalisations dues par exemple à la présence de nouveaux variants plus pathogéniques, le gouvernement proposera à nouveau un testing à plus large échelle adaptée à la situation.

Communiqué par le ministère de la Santé

Dernière modification le